Le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a mis à la disposition du Service National le premier groupe d’inciviques communément appellés Kulunas. C’était le lundi 2 novembre 2020, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au terrain Flamboyant situé dans la commune de la Gombe.

Au total, 300 jeunes délinquants sur les 829 présents ont été remis entre les mains du général Jean-pierre Kasongo, commandant du Service National, en présence du commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, du ministre provincial de l’intérieur et sécurité, ceux des finances et de l’économie, ainsi que tant d’autres personnalités.

L’occasion pour le patron de la ville de Kinshasa de rappeler ses conseils donnés à ses administrés de toujours dénoncer ces jeunes inciviques qui sèment terreur et la désolation dans la capitale de la RDC.

« Sur instruction du chef de l’État, désormais tous ceux qui vont être arrêtés iront soit en prison pour ceux qui ont commis des crimes et pour les autres à Kaniama Kasese, dans le Haut-Lomami pour faire le champ », a dit Gentiny Ngobila.

Il a également exprimé sa profonde peine de voir des congolais detruire la vie de leurs frères congolais. Pour ce faire, le chef de l’exécutif provincial a appelé les médias à vulgariser son appel à la dénonciation pour une ville de Kinshasa sans kuluna.

Ces 829 malfrats ont été arrêtés dans le cadre de l’opération Kifakiyo avec 104 machettes. Ils ont été interpellés pour la plupart en flagrant délit. Parmi eux, il y a des récidivistes et des condamnés à des travaux forcés dans les recentes audiences foraines.

Pour sa part, le général Jean-pierre Kasongo du Service National a exprimé sa volonté d’aider la ville et la police à encadrer ces jeunes, pour la plupart, désoeuvrés. Il en a profité pour rappeler à tous la mission du Service National, qui consiste en l’encadrement de cette jeunesse, tout en leur dotant d’un enseignement utile par la formation et la discipline.

Winnie Imana